dimanche 12 février 2017

Je n'ai plus de mots...

Les jours se suivent réservant parfois de drôles de surprises... Depuis plusieurs jours, je rêve beaucoup et en voulant me retourner dans mon sommeil la nuit de lundi à mardi, je suis tombée de mon lit, mon épaule droite n'a pas aimé du tout et me l'a fait savoir, j'ai dû me froisser un muscle m'empêchant d'aller voir l'exposition Terracota

. La seule fois où j'ai vu quelques-unes de ces statues, c'était à ... Mexico il y a plus de 10 ans. Je n'y avais guère prêté attention tellement le reste me fascinait, je trouvais même assez saugrenu parmi les merveilles d'un monde qui n'avait rien à voir avec la Chine. Ce n'est que partie remise. La deuxième, mon généreux mari a partagé ses microbes mais j'avais heureusement prévu le coup et je me suis immunisée préventivement, ils se sont donc heurté à un mur, le seul acceptable et même indispensable... Vendredi, cela allait beaucoup mieux, je suis donc allée faire les courses, nous recevons deux invitées de marque dimanche. Au retour, je me suis reposée parce que je m'apprête à passer une nuit, la tête et le cœur dans la lune. 
  En l'attendant, je célèbre à ma façon l'anniversaire d'un Tigre angélique en lui souhaitant mille bonheurs... 
Quant à la snow moon, le ciel était trop chargé, elle ne s'est pas montrée mais a déposé de la poussière blanche sur la voiture de mon mari. C'était pourtant une nuit exceptionnelle: pleine lune, éclipse et passage d'une comète... sous d'autres cieux certainement. J'en connais une autre qui sera certainement aussi déçue, elle avait organisé une superbe fête pour célébrer la nuit des étoiles filantes :
Ce samedi, c'est la fête des Lanternes qui clôture les festivités du Nouvel an chinois, j'en ai parlé entre autres ici: http://la-theiere-nomade.blogspot.be/2012/02/aujourdhui-cest-la-fete-des-lanternes.html
Le ciel est toujours aussi plombé et il fait un froid de canard. Une longue journée culinaire m'attend mais d'abord, mes rituels :
préparer la table, choisir le thé, 
ce sera un
Kyo-Bancha griffé Azumaya.
Sa chaleur et ses notes de feu de camp me rappellent de très bons souvenirs, d'abord les veillées au clair de lune, mais aussi les réflexions de mes petites-filles à son propos : http://la-theiere-nomade.blogspot.be/2016/01/troisieme-week-end-de-janvier-encore.html. Encore des souvenirs très forts juste avant le départ de Sarah pour la grande Pomme. 
Un fou rire en découvrant l'inscription : je connaissais les coucous de Malines, mais pas les bleus de Hollande. C'est pas tout ça, mais j'ai beaucoup de choses à préparer, direction la cuisine. 
En voyant les poussières de lune qui continuent à se poser, et les oiseaux de toutes sortes qui viennent se nourrir dans la mangeoire, je décide de préparer ce qui peut l'être ici. 
Les ingrédients pour le velouté aux panais et carotte des sables : 2 panais, 1 carotte des sables, 1 oignon blanc, 2 gousses d'ail, 1 CC de cardamome, du bouillon de légumes bio, du lait et de la crème d'avoine, si nécessaire du sel de l'Himalaya, du
Laponic noir ou vert, je ne sais pas encore. 
Éplucher et couper en dés réguliers les légumes + l'oignon et les gousses d'ail. 
Faire fondre 1 CS d'huile de coco dans une sauteuse. 
Y déposer les légumes et les faire ramollir sans les brunir. 
Ajouter le bouillon de légumes, la CC de cardamome et couvrir d'eau à hauteur.
Comme il me restait 2 bâtons de citronnelle, je les ai employées aussi, elles donneront au potage un goût subtil et laisser mijoter à feu très doux. Je n'ai pas mis de sel, je verrai en fin de cuisson. 
Y verser 250 ml de lait d'avoine et continuer à cuire le potage. 
Pendant ce temps, préparer une infusion tiède de lait d'avoine et de
Laponic vert. Arrêter la cuisson, demain réchauffer le potage avec l'infusion que j'aurai laissé +/- 8 heures. Place aux desserts à présent mais sans photos, ma batterie est plate. Le premier est une mousse de mangue au tofu soyeux et au Matcha, simplissime à réaliser : peler et éplucher les mangues, les couper en dés. Mettre tous les ingrédients dans le blender et ajouter du sirop d'érable, mixer le tout assez longtemps et laisser reposer une nuit. Le deuxième est une crème d'azukis composée de 400 g d'azukis qui ont gonflé toute la nuit et cuit 2 heures, 100 ml de crème de riz, 100 g de tahin (je n'avais plus de noix de cajou), et 50 ml de sucre de riz. Mixer jusqu'à obtenir une pâte très lisse et ici aussi laisser reposer toute la nuit. Pour l'apéritif, j'ai déjà préparé du houmous à l'ail des ours mais je commence à fatiguer, une petite pause s'impose, direction mon cocon. 
Je retrouve ce thé aux senteurs de feu de bois, 
il se marie très bien avec le contenu de mon assiette,
 71 + 1 azukis, ce petit plus qui fait tout ! Tu vois chère Cathy que je suis tes bons conseils... 
Mangé un à un avec ce délicieux ail des ours et accompagné du
Kyo-Bancha, un pur bonheur gustatif, en attendant celui promis, mais jusqu'à aujourd'hui, il est là et il doit durer toute l'année si j'ai bien compris ! Encore un peu de cuisine et j'irai dormir, le marchand de sable est passé beaucoup trop tôt à mon goût mais l'hiver est revenu et c'est donc normal pour moi. Ce dimanche matin, il fait sinistre dehors et je dois travailler avec la lumière artificielle, tant pis, je ferai avec comme on dit. 
La table est dressée, il me reste à achever l'apéritif. 
Houmous à l'ail des ours et tomates-cerises au tofu lacto-fermenté au pesto, c'est du chipotage mais cela donne bien. 
Elles sont là, mes chéries et étudient le contenu des bouteilles, eh oui j'ai oublié d'acheter des oranges pour le cocktail, nous nous contenterons donc de jus de raisins... Il est bio, sans sucre ajouté, sans conservateur. 
Et Mimi, avant de toucher aux tomates-cerises, examine la composition du tofu, dès fois qu'il y aurait des produits non vegan... Heureuse de les revoir, et ravie d'apprendre qu'elles ont cartonné aux partiels avec un record : 20/20 en philo pour Mimi qui n'en revient pas encore, mais moi je ne suis pas du tout étonnée et ravie que certains profs osent mettre le maximum ; cela m'est arrivé aussi parce qu'il est évident que c'est possible, rare mais possible ! Je n'ai jamais supporté l'idée "qu'il y a toujours moyen de faire mieux", et évidemment je ne la partage pas. Quant à ma Lili, elle étudie le droit en cours bilingues, admiration et respect pour l'unijambiste linguistique que je suis ! Et modestes aussi, si je ne les avais pas interrogées j'aurais su qu'elles avaient réussi, punt aan de lijn... 
Nous passons à table, j'ai hâte de connaître l'avis des mes hôtes pour ce potage spécial, et il est unanime, délicieux et on goûte le
Laponic vert, à refaire donc. 
Lili sert le thé, traditionnel
Nuo Mi Cha
tandis que Mimi garnit les assiettes : 
couscous épicé, petits légumes : carottes, courgettes, oignons, ail ras-el-hanout, curcuma et cumin, seitan mariné dans les mêmes épices et cuit à la poêle, et petits croissants indiens, même Doudou a aimé. Et il dit vraiment ce qu'il pense, il n'a pas du tout apprécié l'apéritif. 
Viennent ensuite le duo de desserts et les fortune coockies, 
que cachent-ils ? 
"
No need to worry ! You will always have everything you need". Mais aussi : "Je zult vooruitgang in je werk boeken" C'est tout le mal que je te souhaite ma Lili ! 
"Pray for what you want, but work for the things you need" et "Romantiek dirigeertje in een andere richting". Je le souhaite pour toi ma Mimi. 
"Many people will be drawn to you for your wisdom and insights" c'est pas faux mais je préfère de loin celui-ci : "Lachenmaakt dat je je jonger voelt en dat je er jonger uit ziet". Et je compte sur toi pour le réaliser ! 
Last but not least, les miens :
"The star of riches is shining on you" si richesse = le bonheur d'aimer et d'être aimée, c'est d'accord ; "Wees niet bang de grote stap te zetten", cela me va aussi... Je ne vous raconte pas les commentaires...
Au départ je n'en avais prévu qu'un par personne mais mon Dragon  de mari a décrété que comme il y avait 2 desserts, il en fallait deux ! Oui, il est comme ça mon mari... On s'est bien amusés en les lisant et en les commentant. Après le repas, toujours le même rituel, direction mon cocon. Les deux donzelles ne parvenant pas à se décider pour un thé commun, je leur ai proposé d'en choisir chacune un, à condition d'avoir assez de théières (= message codé)... 
Ma Mimi a choisi un
Scandale,
Ma Lili un
Oolong aux fleurs de lotus.
J'ai l'impression que le contenu des écrins 
les a inspirées, j'ai hâte de découvrir cela, elles ont l'air de bien s'amuser ! 
Et moi, pour changer, j'ai choisi un
Kyo-Bancha...
Elles sont toutes les deux ravies de leur choix, chouette, même si je ne suis pas étonnée ! Il faut bien qu'on s'occupe en attendant, en attendant, en attendant...
Super Zouzou, qui nous avait donné RV à 14h30 mais elle s'est rendormie, à 8h30 un dimanche à New York, c'est compréhensible.
Ce qui l'est beaucoup moins, c'est le contenu de son mug... Du café ! Je te pardonne ma chérie, tous les génies ont leur faiblesse. J'ai été ravie de t'entendre et de te voir, je suis rassurée, tu n'es pas transformée en glaçon, c'est vrai que tu adores l'hiver... Je vais rechercher les photos que j'ai prises bien au chaud alors que tu construisais un ... igloo, j'en frissonne encore ! 
Doudou fait son apparition en même temps que les premiers rayons de soleil de cette journée déjà bien entamée. Mais plus de thé pour lui.
Il en reste un qui a plus aux deux filles, le
Shi Ling Chi impérial que je m'empresse de préparer en regardant mes hôtes : nous avons autour de la table un Dragon, 
un Singe, 
un rat et un Coq, quelle ménagerie ! 
Vous croyez sans doute voir Mimi et sa Nanny, mais que nenni ! 
Mimi nous a tous les quatre rebaptisés : elle le soleil et moi la lune,  
Doudou la pluie et, plus surprenant : Lili la boue... Je n'ai pas très bien compris cette association, ma Lili est toujours tirée à quatre épingles, il faudra que je perce ce mystère !
Quant au thé, elles l'adorent, elles repartiront donc chacune avec un sachet, ce qui me donnera l'occasion d'aller en rechercher à Namur... Et le plus vite sera le mieux ! 
Mimi a craqué pour cette théière, 
elle l'ausculte avec envie sous toutes ses coutures. 
Celle-ci est un cadeau, sinon je te l'aurais offerte mais dès que je retourne à Paris, je t'en achèterai une comme un cadeau de la lune au soleil... 
C'est sous ce beau ciel que nous devons déjà nous quitter, c'est vrai comme vous l'avez dit que chaque minute passait comme des secondes, la notion du temps dépend des activités, le blocus passe nettement moins vite que des moments comme celui-ci. 
Merci d'avoir transporté les poubelles ... bleues (et ce n'est pourtant pas moi qui ai choisi la couleur!) Bon retour et à très vite, le printemps n'est plus trop loin et on va le fêter ! 
Et pour prolonger le bonheur... MERCI pour vos mots qui me touchent beaucoup, sans oublier les dessins ! Restez telles que vous êtes, de belles personnes qui réjouissez mon vieux cœur. Et vous avez été notre sujet de conversation pendant le souper, Doudou s'est senti de mieux en mieux au fur et à mesure que le temps passait, vous avez pu le constater par vous-mêmes, MERCI pour cela aussi...