mardi 29 août 2017

Une MERVEILLEUSE journée à Lille ou de l'ENFER au PARADIS

J'aurais dû rédiger LE billet hier, mais Morphée en a décidé autrement. 
Ce matin, envie d'un thé blanc, le Yin Zhen cette fois, en effet depuis quelques jours, ce sont ces thés qui m'attirent le plus, frais, légers, ces saveurs correspondent à mon état d'esprit. 
Pour accompagner ce nectar, une galette griffée
Meert, une des gâteries de ce lieu de perdition, nourritures terrestres...
Comme l'est cet autre lieu du même acabit, nourritures intellectuelles, les trésors ramenés du
Furet du Nord. Cela m'amène à ma journée d'hier, ce fut du lourd, du très lourd ! A la fin de ces trois jours tellement chargés en émotions fortes, j'ai peu dormi, tout imprégnée encore de ces moments hors du temps faits de regards francs, de sourires complices, de rires et de fou rire aussi. Et d'échanges profonds évidemment que seule l'Amitié peut offrir. Pour terminer par le babillage d'un petit Dragon et ses facéties dont il est le premier à rire... 
Ce matin, le ciel à nouveau m'offre un spectacle flamboyant, à l'image de ce que sera cette journée ! 
C'est Yves Duteil, ce poète sensible, qui mettra l'ambiance musicale, 
tandis que dans la théière se reposent des Bourgeons sauvages 2017, de la région de Nan Mai
je savoure ce cadeau de ma généreuse donatrice, à l'émotion gustative, s'ajoute celle qui me lie à elle... 
Trois passages plus tard, il est temps de me préparer. 
Ces bourgeons particuliers n'ont pas encore tout donné, ce sera pour ce soir, du moins c'est ce que je croyais ! En route pour Lille, nous subissons déjà des ralentissements dès le ring, en cause une seule bande de circulation due à des travaux, sauf qu'on n'a rien vu, cela m'a rappelé quelque chose, je bouillonnais !
Mais ce n'était rien à côté de ce qui nous attendait sur l'autoroute, sur le ring on roulait très lentement mais au moins on roulait ! Ici par contre, nous étions à l'arrêt. Moralité, près de 40 minutes de retard sur notre programme lillois bien rôdé. Le premier de nos rituels est d'aller dîner chez Meert, comme ici http://la-theiere-nomade.blogspot.be/2015/08/et-ca-continue-de-plus-belle.html entre autres. Sauf que le restaurant est fermé le lundi, le salon de thé est ouvert. Petit Georges a très faim, on choisit alors une crêperie, mais manque de bol, la cuisine vient de fermer. Juste en face, un nom à oublier très vite ! 
Même s'il mérite bien son nom... les bandits sont ceux qui osent proposer cette nourriture. 
Dès l'entrée, le décor est quasi inexistant, on aurait dû se méfier mais le petit monstre est tout content, il veut manger un pizza. 
Dans les assiettes, c'est à l'image du lieu, si la pizza était passable, Claude et moi avons choisi des ravioles, c'était innommable, j'appelle la serveuse pour lui demander si c'était fait maison, réponse :
oui cela vient directement d'Italie, no comment ! 
Et quand Claude demande s'il y a le Wifi, on lui apporte une carte poisseuse sur laquelle se trouve un code kilométrique et quand il a demandé une explication,
je ne sais pas, vous avez demandé le code, débrouillez-vous... 
Heureusement, nous voilà dans ce lieu que nous aimons tant. Petit Georges a choisi son dessert et le photographie, bon sang ne peut mentir... 
Hsiaolin et moi une glace et Claude une tuerie à laquelle il donne 10/10. 
Le macaron a craqué sous les doigts du démolisseur, et Maman savoure son café liégeois. Il faut prendre des forces avant de passer le reste de l'après-midi, devinez où ?... 
Que vais-je choisir : les dinosaures ou les pompiers ? 
Ce sera celui sur les dinosaures, 
mais c'est moi cette fois 
qui lit le livre à Nanny. 
En voyant ce titre je lui dis que le personnage lui ressemble et lui lit le titre. La réponse fuse :
tu dis des bêtises, Nanny moi j'adore la piscine ! Je lui dis alors que je vais écrire un autre livre : Je veux pas sortir de la piscine. Un haussement d'épaule et un regard en coin en disent plus long que le moindre commentaire ! 
Après les livres, les jeux 
de construction d'abord
mais aussi un circuit spécial. 
Et retour vers les livres, un en particulier :
Les sorcières, elles te ressemblent Nanny, elles sont bleues. On passe alors au rayon Fournitures scolaires, je veux offrir à ce petit écolier son premier cartable, les parents s'occupent du matériel demandé par le Lycée français. 
Tout fier, il ne quitte plus son cartable Snoopy ! 
Quel spectacle touchant que celui de cette famille... 
Petit Dragon souhaite manger une glace
parce que j'ai très faim, oui ; oui... Pour ne pas le tâcher, il me confie son cartable sans oublier ses recommandations : Tu le tiens très bien Nanny, et tu en prends soin, tu ne le déposes pas par terre parce qu'il y a plein de microbes et de saletés sur le trottoir, et même des cacas de chien. Je suis surveillée de près ! Après un passage au magasin Bio et bon, nous reprenons la route. Nous devons d'abord faire le plein d'essence parce que l'essence, c'est l'eau de la voiture sinon elle mourrait de soif... Pour cela nous devons quitter le beau centre pour nous retrouver dans la zone, le contraste est flagrant, moi qui n'ai pas peur, ici je ne m'aventurerais pas seule ! Nous voilà maintenant sur la route du retour, j'espère que nous ne vivrons pas la même galère qu'à l'allée ! 
Il est 22 heures quand nous arrivons enfin à la maison, petit Georges a rejoint le monde des songes... 
Il reste encore à vider le coffre, plein de trésors... Un merveilleuse journée avec un petit Dragon toujours aussi espiègle et câlin, un vrai trésor lui aussi! 

2 commentaires:

Carine Amery a dit…

Quelle belle évocation, Francine!

Elle me fait voyager et rêver.

J'espère que tu vas bien et t'embrasse!

Francine a dit…

@ Carine: j'espère encore te faire rêver longtemps... Il faut dire qu'avec ce petit Dragon, la source est loin de se tarir...
Aujourd'hui, je me suis sentie mieux mais la semaine dernière a été horrible: le temps, le manque de lumière ont mis mes batteries à plat, sans compter sur une migraine dont je me serais bien passée. Bisous et à très vite!